La dette publique est fictive, c’est une escroquerie organisée. La « dette » et la « crise » n’ont aucun fondement tangible. Ce sont des constructions, des instruments de contrôle et d’asservissement. Si vous avez le moindre doute sur l’un de ces FAITS, il est urgent de vous réinformer puis de réinformer vos proches… Le peuple doit absolument en prendre conscience!! 

La « dette publique » a été créée artificiellement par la loi scélérate dite « Pompidou-Rothschild » pondue en 1973, et qui interdit à l’Etat d’emprunter à taux zéro auprès de la banque de France, ce qui était la norme jusqu’à cette date.  (NB: Pompidou était un ancien directeur général de la Banque Rothschild… Ça me rappelle quelqu’un…)
C’est cette loi traîtresse, votée à la faveur des banques dans tous les pays occidentaux à la même période, qui est à l’origine de la pseudo « crise » mondiale… Le peuple doit en prendre conscience!!!  
Sans cette loi scélérate, les dettes des Etats seraient modérées. 

Si vous ne connaissez pas cette loi de 1973, je vous invite vivement à vous informer sur cette loi qui est à l’origine de bien des maux. Je vous recommande cet article intitulé « Il faut rendre à Rotschild ce qui appartient à Rotschild: la dette… Et aux français: leur or!! »

Pour vous donner une idée générale, ce graphique représente la dette actuelle (insurmontable et créée artificiellement), et ce qu’elle aurait été sans cette loi scélérate. Pour résumer grossièrement, nos 2000 milliards de dettes, c’est des intérêts d’intérêts d’intérêts… L’usure est pourtant une pratique interdite!!

Avec l’avènement d’internet, les méfaits de cette loi sont de plus en plus connus dans le monde (l’info circule depuis des années, mais se « démocratise » de plus en plus). 
Les chiens de garde crient donc au loup: ce serait une « intox » d’extrême droite ET d’extrême gauche…  

J’aimerai donc conclure avec une intervention de Michel Rocard, ancien premier ministre français, ancien sénateur et député Européen.
Il n’était ni « extrémiste », ni « complotiste » mais il accusait ouvertement cette loi d’être responsable de l’explosion de la dette publique:  



Sa conclusion « on pouvait faire autrement, mais on n’a pas fait autrement. Les règles du jeu sont là, maintenant, il faut payer » en dit long sur le véritable pouvoir des politiques (qui se résume maintenant à entériner et légaliser les excès des lobbys…)


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments