Le 17 Décembre, Amnesty International a publié un long dossier condamnant l’usage disproportionné de la violence contre les gilets jaunes, titré « Usage excessif de la force pendant les manifestations des Gilets Jaunes »

Dès les premières lignes, le cadre est posé:
« Les forces de l’ordre ont utilisé des flashball, des grenades de désencerclement et des gaz lacrymogènes contre des manifestants majoritairement pacifiques. Nous avons pu recenser de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers. »

Amnesty International dénonce également:
* Les fouilles systématiques des policiers qui confisquent les équipements de protection des manifestants, des journalistes, et même du personnel médical
* Les nombreuses arrestations préventives, illégales
* La répression violente des manifestations de lycéens
* Les violences contre les journalistes qui sont volontairement ciblés par les policiers, à coups de matraques et de flashball…
* De manière générale: les graves entraves à la liberté de manifester

L’organisation réclame un recadrage des forces de l’ordre et une enquête.
Aucun grand merdia n’a diffusé cette information (et ils osent prétendre qu’ils sont impartiaux!!!)

L’association ACRIMED (observatoire des médias) a fermement condamné la censure médiatique au sujet des violences policières. 
ACRIMED déplore que l’alerte d’Amnesty International n’ait fait l’objet que de trois brèves le jour même (sur les sites de Libération, de RT France et de Reporterre) et trois le lendemain (sur les sites de LCIFranceinfo et de Linfo.re).
Charge à nous de diffuser ces informations!! 


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments